Famille de lemurien

Minie, petite lémurienne fatiguée


Ce texte a été écrit suite à une session de formation en hypnose thérapeutique. J’avais comme tâche d’aider sur le mode du récit hypnotique une collègue en difficultés avec une patiente de 52 ans, probablement déprimée, en congé de longue durée suite à du harcèlement à son travail.
Je ne me rappelle plus pourquoi j’ai choisi de planter le décor de ce conte métaphorique dans le monde des lémuriens. J’ai improvisé l’histoire de la « petite » lémurienne « fatiguée » au fur et à mesure. L’hypnose libère la créativité et l’imagination et permet de tenir des propos très justes dès lors qu’on se synchronise dans l’instant avec la personne qu’on accompagne. La préparation à l’avance d’un script peut s’avérer un obstacle, car le thérapeute risque de n’être plus en lien avec son patient.
Juste une petite précision : mes quelques connaissances sur les lémuriens datent d’un beau voyage à Madagascar. Et j’ai brodé autour, à partir de souvenirs et des éléments qui m’avaient été rapportés sur la patiente.
Cet écrit à la facture hypnotique a été écrit de mémoire peu après. Les habitués reconnaîtront ce qu’on appelle la rhétorique hypnotique. C’est, vous l’aurez bien compris, du « sur mesure », mais il peut vous être utile et vous pouvez vous en inspirer!

Est-ce que tu peux me permettre de te raconter une histoire curieuse que tu peux écouter les yeux ouverts ou pas?Peut-être que tes yeux vont se fermer, et s’ils restent ouverts c’est très bien aussi….

Il était une fois… il y a fort longtemps … dans un continent éloigné … une petite communauté … de lémuriens qui vivait en paix et en harmonie dans une belle forêt tropicale comme il y en a là-bas… Ils se nourrissaient de fruits, des leetchees, des bananes et de feuilles … et de bien d’autres choses encore… Ils nichaient dans cette grande forêt, bien à l’abri dans les arbres. Et je ne sais pas s’il s’agit de lémuriens courants comme les lemur cata, ou bien les tout petits qui vivent la nuit, les aye aye, ou bien encore les plus grands lémuriens, les indri indri, ceux qui parlent avec des drôles de cris, à moins qu’il ne s’agisse de ces lémuriens noirs et blancs de l’espèce maki vari, curieux et joueurs, ou ceux qui sautent en faisant des grands bonds, les propithèques… Mais tout cela n’a pas beaucoup d’importance … Comme tu l’as peut-être deviné, l’histoire se passe à Madagascar, puisque c’est la seule île où vivent les lémuriens.
Donc, dans cette forêt de lémuriens si particulière – et je ne sais pas si tu entends déjà bruisser les feuilles avec la brise légère, à l’aube, lorsque la nature se réveille …
… Une petite famille vivait tranquille dans cette communauté de lémuriens. Il y avait papa lémurien, maman lémurien, Mimi, leur toute petite fille, si chétive aux yeux de ses parents que toute la vie on l’appela Minie. Il y avait aussi son frangin. Et Minie donnait l’apparence d’être si petite, si fragile, que ses parents attentionnés l’ont protégée, couvée! Pourtant il fallait la voir dévorer les fruits mûrs en sautant de branche en branche quand ses parents n’étaient pas là … et jouer avec les autres!
C’est dans cette ambiance que Minie a grandi, restant parfois toute petite dans sa tête …
Je ne sais pas si tu le sais, mais les communautés de lémuriens sont très socialisées, et chacun a sa place. En grandissant, tout le monde travaille, on va ramasser les fruits pour les plus petits, on s’occupe des enfants dans la nurserey … Et pendant que les grands vont faire des provisions, d’autres bâtissent des maisons dans les arbres … Il n’y a pas de chômage dans les communautés de lémuriens. Et on joue aussi, toute sa vie …

Alors Minie est passée tranquillement de son enfance à la vie d’adulte, et on lui a proposé un travail dans la nurserey. Minie était contente, elle adorait rester avec les tout petits. Elle y trouvait chaussure à son pied, elle jouait toute la journée avec eux. Ah elle avait plein d’énergie à cette époque, elle n’était pas la dernière à faire des guili-guili et à jouer à cache-cache en sautant de branche en branche! …
Certes, comme dans toutes les familles, il y avait des soucis … et il est arrivé malheur au frangin, celui si grand, si fort que ses parents ne se s’étaient jamais fait de souci pour lui. La vie peut être cruelle aussi chez les lémuriens … Et tout le monde a été bien triste, mais c’est la vie … Et la vie continue, et Minie grandit, grandit, une année après l’autre, même si elle se sent parfois petite …

Et dans cette forêt tropicale, la vie continue elle aussi, et les temps changent … Les hommes, plus nombreux, exploitent la forêt, et il y a donc de moins en moins de lémuriens. La nurserey se vide, et Minie doit changer d’emploi … Elle se retrouve à trier et à classer les fruits qu’on doit donner à manger à ceux qui ne peuvent aller se nourrir eux-mêmes. Minie dépérit, son travail ne lui plaît pas, elle s’ennuie … Et puis il y a Big Boss, une femelle bien acariâtre qui lui cause bien des tracas : elle la surveille, elle est sur son dos, elle la critique toujours. Minie, alors, se recroqueville, et elle n’a plus d’énergie. Que va-t-elle devenir ? …
Le temps passe, toujours pas d’énergie. Elle se fait bien du souci, notre Minie. Elle ne peut plus aller travailler tellement elle se sent vide. Que va-t-elle devenir ? …

C’est alors que – le hasard fait parfois bien les choses – Minie rencontre le grand orang-outan. Orang-outan vient de l’autre bout du monde, de Chine. Et oui, c’est la mondialisation! Et les orang-outan chinois font du commerce, ils cultivent le riz, ils exploitent les forêts, et ils font aussi du tourisme! Car Madagascar est si joli!
Orang-outan adore les lémuriens, car il les trouve si petits en comparaison de lui … Et il remarque Minie, chétive parmi les chétives, et ça lui plaît bien : car lui, il se sent alors grand, fort et bon. Alors, il s’intéresse à elle, il la prend sous son aile … Et Minie lui raconte ses malheurs…
Il lui dit tout de go avec sa belle et grosse voix d’orang-outan : « Minie, il n’y a pas que le tri dans la vie, il n’y a pas que la nurserey non plus! Tu peux trouver un autre travail, mais qui ne tente rien n’a rien! Il va falloir oser, il va falloir te battre, il va falloir aller jouer dans la cour des grands! Mais tu sais Minie, je vais te dire un secret : on n’a pas besoin d’être grand pour aller jouer dans la cour des grands… il suffit juste de respecter les codes, d’aller faire des bisous et d’aller épouiller les autres lémuriens – et chez nous les orangs-outans c’est pareil. Il faut aussi les toucher … les sentir … et regarder autour de soi … écouter … bouger … sauter de branche en branche … C’est comme ça partout, on ne passe pas son temps à regarder son nombril ! » L’orang-outan est un grand singe, un grand sage aussi, et il avait beaucoup voyagé, et il avait beaucoup de connaissances sur les animaux et sur leurs relations … Et Minie lui fait confiance.
Minie réplique: « oui, mais je suis née si petite, si fragile, si fatiguée. Je ne vais jamais y arriver. Oh, grand orang-outan, donnes-moi le courage et l’énergie ! »

Le grand sage orang-outan lui tint alors le discours suivant: « Minie, je crois que tu le peux le faire, mais toi seule peut décider de changer ta vie … Big Boss est épouvantable et tu as eu raison de te battre en demandant que le conseil des sages lémuriens se réunisse. Mais attendre … et te plaindre … ne changera rien, là, maintenant ! Alors continue à te battre, construis ton avenir ! Tu vois, moi je t’imagine bien aller t’occuper de nos touristes, tu es si intelligente et si jolie, si menue que tu vas c’est sûr leur plaire ! Tu as aussi beaucoup d’humour … Je suis sûr qu’ils vont adorer te voir batifoler dans les hamacs, et renverser leurs verres pour lécher le jus de fruits, ça va les faire rire! Et il y a aussi plein d’autres métiers … Tu peux peindre des beaux tableaux de nos si belles plages et leur vendre … Ou encore bien d’autres choses … Certes, ça ne va pas être facile, mais si tu te trouves dans une clairière face à à plein du chemins que tu ne connais pas ou que tu ne reconnais pas … et que tu te sens perdue … alors fies-toi à ton intuition … Si tu te perds, cherche, et tu trouveras! Tous les lémuriens savent trouver leur chemin dans la forêt, c’est instinctif … Et ils trouvent toujours quelques fruits succulents pour se nourrir sur leur chemin. Il peut par contre se produire que tu tombes de l’arbre. Ouille, ouille ouille, il y a des buissons qui piquent en dessous … Mais tu as un pelage épais qui protège, non? Et tous les lémuriens ont appris à tomber de l’arbre … et à se relever … tu es déjà tombée bien des fois petite … tes copains aussi … les petits que tu gardais aussi … Personne n’est resté à terre, non? C’est comme ça que tu as appris à sauter de branche en branche … Toi aussi tu t’es de nombreuses fois relevée … seule … comme une grande … et tu as continué … La forêt peut aussi s’emflammer devant toi et t’obscurcir la vue, dans ton pays on pratique toujours la culture sur brûlis. Tu chercheras un autre chemin … À chaque difficulté, dis-toi bien que ton bonheur sera plus loin … Alors, lève-toi tôt le matin, c’est là qu’il fait le moins chaud ici, et la luminosité est si belle au lever du soleil ! Lève-toi … avance et marche, marche … avance … seule … ou avec d’autres, ce sera selon … Et saute de branche en branche, proche de la terre ou plus haut … Et peut-être de là-haut tu découvriras de nouveaux horizons … Cherche, hume, apprends à trouver ce que tu as besoin … Tu auras peut-être la surprise de découvrir un chemin qui te convient mieux … à ta personne … dans ton environnement … dans le moment présent … Une voix te dira peut-être « ah, je me demande s’il n’y a pas un meilleur chemin », si tu te rends compte que ta voie ne mène nulle part … En route, tu feras peut-être des rencontres … qui changeront peut-être ta vie … Je n’irai pas sur ton chemin, c’est à toi de le trouver, mais je suis à côté … et tu peux toujours venir me demander de l’aide pendant que tu cherches par toi-même …»

Et ton imagination et ton inconscient vont pouvoir imaginer la suite de cette histoire … Et tu peux te la raconter aussi souvent que tu en as besoin… ton inconscient pourra la laisser venir sans que tu n’aies besoin de faire quelque chose … à moins que tu ne préfères choisir de te la raconte r… et c’est très bien aussi … te la raconter en laissant ton inconscient changer tout ce qu’il a envie de changer … et enrichir cette histoire … et la raconter à d’autres …

Merci d’évaluer cet article
Envoi
User Review
5 (3 votes)

A propos de Régine Picamoles

Je m’appelle Régine PICAMOLES. Je suis psychologue clinicienne depuis 1988, reconnue comme psychothérapeute depuis la création du titre. Cette activité me passionne toujours. Et je me sens toujours en recherche pour mieux accompagner ceux qui viennent chercher un appui auprès de moi... Par nécessité puis par choix j'ai travaillé dans des domaines variés. J'ai ainsi acquis une expérience comme salariée auprès de personnes âgées, en hospitalisation à domicile, auprès d'adultes handicapés mentaux, dans le domaine des violences conjugales, familiales et sexuelles (en lieu d'accueil puis en consultation dans un centre spécialisé), dans le champ du psychotraumatisme, auprès de salariés dans une administration, et auprès du “tout venant”, en libéral depuis 1997 et en CMP depuis peu. C'est là que j'ai connu Pierre avec qui, entre autres, j'anime avec grand plaisir le groupe thérapeutique “traitement non médicamenteux de l'anxiété”. Je suis aussi formatrice depuis 1992 dans mes domaines de compétences. J'aime faire partager mes réflexions, mes savoirs. C'est dans un désir de “faire au mieux” que je me suis formée à différentes méthodes de psychothérapies. Pour citer les principales, dans l'ordre : l'approche psychanalytique, la relaxation psychothérapique, l'approche familiale et institutionnelle systémique, la thérapie orientée solutions, l'hypnose éricksonienne, l'HTSMA (Hypnose, Thérapies Stratégiques, Mouvements Alternatifs), la thérapie narrative. J'aime aussi écrire quand j'ai un peu de temps, avec la même optique de transmission. Merci à Pierre d'avoir conçu le site Hypnosos afin de diffuser des textes sur l'hypnose thérapeutique qui est une approche particulièrement pertinente! Pour plus d'informations et pour les curieux allez surfer sur mon site (qui sera mis à jour quand j'aurai du temps !)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.